Homélie & Feuillet paroissial

Homélie 2019-04-14 - Dim. des Rameaux et de la Pasion  C

 
      Dimanche des Rameaux, 14 avril 2019 Cormontreuil
     Je voudrais, au début de cette semaine sainte, évoquer brièvement la figure d’un homme qui passe pratiquement inaperçu dans ce récit de la Passion, et qui peut pourtant beaucoup parler à notre foi aujourd’hui.
     Il s’agit d’un certain Simon de Cyrène. Dans le chemin de croix, on dit de lui : « Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix ».
     Que savons-nous de lui ? Très peu de choses.. On nous dit qu’il était originaire de Cyrène, un village situé en Afrique du Nord.. un étranger qui vit à Jérusalem, comme tous ceux qui vivent chez nous… Simon a deux fils : Alexandre, un nom d’origine grecque, et Brutus, un nom d’origine romaine. C’est déjà le mélange des cultures.. L’évangile nous dit que Simon de Cyrène revenait des champs. Il avait travaillé dur, et il rentre chez lui.
     Enfin, on nous dit que les soldats le réquisitionnèrent, lui le passant, pour porter la croix derrière Jésus.
    Voilà un homme anonyme, dont on ne reparlera pas.. Et pourtant, il est le seul à porter la croix : son geste de simple humanité prend aussitôt un goût d’éternité, puisqu’il devient le partenaire du plus bouleversant événement de l’histoire : ce chemin de croix où Dieu lui-même a donné sa vie pour que tous les hommes, sans exception, soient sauvés.
     En cette heure d’épreuve, Dieu a eu besoin d’un homme, d’un frère. Et Simon, l’étranger, qui passait simplement par là ce jour-là, est devenu sans le savoir le premier disciple de Jésus qui avait dit auparavant : « Celui qui veut être mon disciple, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive ! »
     Oui, Simon a pris sa place de disciple, bien avant les apôtres qui s’étaient tous enfuis, bien avant cet autre Simon, Pierre, qui lui-même avait renié son maître.
     Simon de Cyrène est le frère de tant de gens simples qui ne sont pas forcément des piliers de nos églises, mais qui sont là, toujours prêts à venir en aide à celui qui souffre, à celui qui porte aujourd’hui de lourdes blessures, de lourdes croix, et qui le font sans publicité. Et tous, nous connaissons ces Simon de Cyrène d’aujourd’hui, qui pratiquent ainsi leur foi dans la vie de tous les jours, et qui sont, par leur manière de vivre, tout proches du cœur de Dieu.
     Simon de Cyrène nous montre ainsi le chemin d’une foi vécue en actes : lui le lointain, il s’est fait le prochain. Il a su partager la passion de Jésus.
     S’il y a dans nos vies et dans la vie de nos frères, des croix impossibles à écarter, nous savons, avec Simon de Cyrène, qu’il reste toujours, pour chacun de nous, l’immense appel à nous aider les uns les autres à porter nos croix. Et ma propre croix ne devient-elle pas moins lourde, quand j’aide mon frère à porter la sienne ?
     Seigneur, au début de cette grande semaine où nous revivons ta Passion et ton passage de la mort à la vie, aide-nous à porter nos croix et celles des autres.. Guéris-nous de l’indifférence et ouvre nos yeux et notre cœur aux besoins et aux appels de nos frères.
Jean-Marie GUERLIN

Homélies archivées

Les Homélies antérieures peuvent être consultées dans la rubrique :
  (cliquer ici =>)  Homélies archivées


Feuillets Paroissiaux  archivés

Les Feuillets Paroissiaux antérieurs peuvents être consultés dans la rubrique :

(cliquer ici =>)   Feuillets archivés