Homélie & Feuillet paroissial

Homélie 2019-06-09 - Pentecôte  C

     Dimanche de Pentecôte 8/9 juin 2019
     « Pentecôte » : en grec, c’est le chiffre 50… 50 jours après la Résurrection…
     Nous avons fêté Pâques… l’Ascension… maintenant, nous fêtons la Pentecôte… Nous fêtons toujours la résurrection de Jésus, avec toutes ses conséquences dans nos vies.
     Je vous propose trois points de réflexion pour nous aider à comprendre tout ce que l’Esprit Saint apporte à notre vie.
     1. Jésus nous avait promis de ne pas nous laisser seuls ou orphelins… Désormais, son Esprit habite toute créature. Tout homme est habité par une présence, celle de Dieu lui-même.
     A chacun de manifester cette présence de Dieu en lui, par une vie qui rayonne de l’amour, par une vie toute donnée aux autres.
     Souvent nous faisons des comparaisons entre ceux qui sont chrétiens, et ceux qui ne le sont pas… ou ceux qui ont laissé tomber toute pratique. Certains disent même : il n’y a pas besoin d’être chrétien pour vivre l’amour des autres… Et ils ont raison.
     Puisque tout homme est habité par la présence de Dieu, par la présence de l’Amour, il n’est tout de même pas étonnant que cette présence se manifeste, quand quelqu’un vit selon sa conscience !
     Ce qui change pour nous, c’est que nous savons que Dieu lui-même habite notre cœur. Que l’Esprit agit en nous et à travers nous.
     Ce qui change, ce sont tous les moyens que nous donne la foi, que nous donnent les sacrements de l’Église, pour raviver sans cesse cette présence en nous. Un peu comme un feu sur lequel on remet régulièrement du bois, pour qu’il brûle, pour qu’il éclaire, pour qu’il réchauffe. L’Esprit en nous, c’est un peu comme ce feu, cette lumière.
     L’Esprit nous fait voir clair…Il nous donne des points de repère pour conduire notre vie, pour faire des choix qui aillent dans le sens de l’amour des autres…
     Il est tellement important de voir où l’on va… Il est tellement important d’avancer dans la lumière. L’Esprit, en nous, c’est comme cette boussole, cette lumière qui nous permet de conduire notre vie et d’avancer sur la route que Dieu nous propose.
     2. L’Esprit ne nous laisse jamais en paix. Il nous bouscule sans cesse.
     Comme les Apôtres qui, par peur des juifs, restaient enfermés entre eux, et qui n’osaient plus témoigner de ce que Jésus avait vécu au milieu d’eux.
     Tout à coup, l’Esprit fait irruption et les pousse à sortir d’eux-mêmes. Il les pousse à témoigner de Jésus, même au risque de la persécution.
     Aujourd’hui, la tiédeur, le laisser-aller, l’indifférence sont de véritables fléaux qui font de grands ravages en nous, car ils nous replient sur nous-mêmes, sur notre petit confort, sur nos petits loisirs, sur notre vie bien tranquille. Gare à celui qui viendrait nous bousculer !
     Et pourtant, l’Esprit est là, au cœur de chacun de nous. Et il nous pousse à sortir de nous-mêmes, à nous retrouver avec d’autres, à partager et à approfondir notre foi, à témoigner de nos raisons de vivre. Même s’il reste parfois quelques braises dans notre cœur, l’Esprit est capable de les embraser, et de nous pousser à nous engager davantage au service des autres.
     L’Esprit est capable de nous faire redécouvrir la foi comme une source qui vient dynamiser toute notre vie !
     3. Un des fruits de l’Esprit en nous, c’est ce que nous appelons le don des langues.
     Voilà un don qui est fait à chacun de nous, si nous laissons l’Esprit agir en nous. Ce don n’est pas réservé à quelques initiés, dans des groupes de prières charismatiques, il est pour tous !
     Ce don des langues, c’est essentiellement le don de la communication entre nous.
     Communiquer, c’est si difficile, même parfois avec ceux qui nous sont les plus proches…les jeunes avec leurs parents…les parents avec leurs enfants…
     Le don des langues, il nous est donné pour apprendre à communiquer, à nous accepter avec nos qualités et nos défauts, à comprendre ce que nous voulons nous dire, sans nous juger…
     Il y a un don des langues qui est donné à ceux qui sont mariés… pour que mari et femme apprennent à se parler, à se comprendre, à s’aimer, et qu’ils trouvent un vrai dialogue avec leurs enfants.
     Il y a un don des langues qui nous est donné dans le sacrement de réconciliation, quand nous sommes capables de dire : « J’ai eu tort…je te demande pardon… » ou encore « Je te pardonne ».
     Il y a un don des langues qui nous est donné dans l’Eucharistie, pour nous aider à nous rassembler dans l’unité et dans la paix… dans le respect de nos différences.
     Oui, l’Esprit nous aide tous à communiquer, quelles que soient nos langues et nos cultures…
     En cette fête de la Pentecôte, laissons l’Esprit agir en nous pour que nous soyons chaque jour un peu plus de meilleurs chrétiens. Amen.
 Jean-Marie GUERLIN

Homélies archivées

Les Homélies antérieures peuvent être consultées dans la rubrique :
  (cliquer ici =>)  Homélies archivées


Feuillets Paroissiaux  archivés

Les Feuillets Paroissiaux antérieurs peuvents être consultés dans la rubrique :

(cliquer ici =>)   Feuillets archivés