Homélie & Feuillet paroissial

Homélie 2019-02-17 - 6eme Dim. du Temps Ordinaire   C 

     6ème dimanche du Temps Ordinaire C – 17 février 2019
     C'est un peu comme le cœur de l'Évangile qui nous est livré aujourd'hui par Jésus, dans ces paroles de feu que nous venons d’entendre.
     Luc nous précise qui étaient les auditeurs de Jésus : "II y avait là un grand nombre de ses disciples, et une foule venue de partout". Donc, pas seulement les habitués, les familiers, mais aussi des foules, du tout-venant. Et c'est important. Jésus s'adresse à tous. Sa Parole concerne tout homme; elle est une Bonne Nouvelle pour tous, car Jésus veut le bonheur et l'épanouissement de tout homme; c'est cela sa mission : porter la Parole de Dieu à tout homme, dire à tout homme qu'il est fils de Dieu; lui dire que Dieu l'aime.
     Aujourd'hui, la Parole de Dieu ne devrait pas avoir de frontières. Elle n'est pas réservée aux quelques initiés, à ceux qui se réunissent chaque dimanche à l'église. L'Évangile est pour tous. Et nous devons garder au cœur cette priorité d’essayer de rejoindre ceux qui sont loin. Il faut nous réjouir chaque fois que l'Évangile est porté en dehors des sphères habituelles de l'Église.
     II faut nous réjouir que la Parole de Jésus puisse être entendue par des gens qui sont exclus ou marginalisés ; car cette Parole, elle est pour eux aussi l'occasion de découvrir un Dieu qui leur est proche, un Dieu qui les aime, un Dieu qui peut les remettre debout.
     Comme il serait regrettable de faire taire, dans l'Église, les prophètes capables de porter la Parole du Christ à des personnes et dans des lieux que nos structures officielles ont tant de mal à rejoindre..
     L'Évangile s'adresse à tous. Et le rôle des chrétiens, le rôle de l'Église, c'est de faire retentir la Parole de Dieu là où se vivent les questions des hommes de notre temps.
     Et que veut Jésus pour notre temps ? Que veut-il pour chacun de nous ? Le bonheur. Mais pas n'importe quel bonheur ! Pas un bonheur factice ! En cela, l'attitude de Jésus vient bousculer le système social et l'échelle des valeurs de son temps.. et aussi du nôtre !
     Jésus nous montre que la course à l'argent ou le prestige social, qui permettent d'être encensés par les flatteurs ou par les rires des autres, tout cela conduit à l'illusion; tout cela conduit à une impasse.
     Jésus ne nous dit pas pour autant que la pauvreté ou l'exclusion sont un bien. Mais il veut que nous bâtissions notre vie, que nous bâtissions notre monde, sur des valeurs sûres, sur des valeurs qui tiennent la route, parce qu'elles respectent les autres.
     Si je me fais un cœur de pauvre, si je cherche la paix, si je suis capable de vivre le pardon, de partager et de me faire solidaire, alors oui, mon cœur sera ouvert aux autres et à Dieu. Et je comprendrai mieux ces paroles de Jésus : "Tout ce que vous avez fait au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que vous l'avez fait !".
     Ne nous voilons pas les yeux : ces paroles, elles vont totalement à contre-courant de tout ce qu'on nous montre dans les médias; elles vont à contre-courant de la manière de vivre de beaucoup de gens, autour de nous. L’Évangile n'est pas une référence, aujourd'hui, pour beaucoup de nos contemporains. Notre monde est loin de Dieu. Et l'on voit où mènent le chacun pour soi, la course à l'argent, ou la réussite à tout prix. Notre monde est dur; la violence est partout; les petits et les exclus sont laissés pour compte.
     Et pourtant, le comportement de Jésus, la manière dont il a conduit sa vie, les valeurs qu'il a défendues, ne sont-elles pas les seules capables de nous sortir de l'impasse dans laquelle nous sommes aujourd'hui ?
     Le message de Jésus est d'une grande actualité; et il a besoin de toutes les forces vives des chrétiens pour que notre monde s'ouvre davantage au partage, à la solidarité, à l'attention à tous, à l'amour des autres, pour faire refleurir l'Évangile aujourd'hui, et pour donner à tous ceux qui nous entourent le goût d'en vivre et l'espérance.
     S'il passe par le don de nous-mêmes, le message du Christ pourra toucher le cœur des hommes de notre temps, à condition que nous prenions le temps de cheminer avec eux, et que nous refusions de nous enfermer dans notre petit confort, dans nos petites sécurités, pour nous ouvrir aux autres.
     Les Béatitudes qui viennent d’être proclamées aujourd’hui, c’est le portrait de chacun d’entre nous, quand nous acceptons de nous laisser saisir par l’Esprit Saint et de vivre un peu plus dans l’imitation du Christ. Amen.
  Jean-Marie GUERLIN

Homélies archivées

Les Homélies antérieures peuvent être consultées dans la rubrique  Archives

Feuillets Paroissiaux  archivés

Les Feuillets Paroissiaux antérieurs peuvents être consultés dans la rubrique Archives