Prières, textes, méditations à partager

    Une prière, un beau texte, une méditation vous tiennent à coeur et vous souhaitez les partager avec la communauté paroissiale. N'hésitez pas à nous les faire parvenir à l'adresse suivante : saintfrancoisxavier@orange.fr afin que nous puissions les mettre en ligne

Pour une Bonne Année

DES PETITS RIENS
     « Cette année, c’est décidé, j’arrête ! »
     Elle vous dit quelque chose, cette phrase ? On la prononce tous les ans ! Elle accompagne immanquablement les vœux, une fois le Nouvel An passé.        Parce qu’il est de tradition, à chaque 1er Janvier, de prendre des résolutions.
     Souvent de grandes résolutions, des changements majeurs… Ou dresse ainsi la liste de tout ce q1°on veut changer dans les douze prochains mois mais ... soyons honnêtes, fréquemment, très fréquemment mène, la bonne volonté ne suffit pas. Il est difficile de changer, d’évoluer,de s’améliorer.
     Et bien moi, c’est décidé, cette année, j’arrête ! J’arrête de prendre des grandes résolutions...
     Cela ne veut pas dire que je ne changerai rien. Au contraire, j’ai décidé de changer des petits riens.
     De toutes petites choses : des intentions, des attentions, parfois imperceptibles mais qui changent tout.
     C’est le pouvoir des petits riens ! La force d’un merci, la puissance d’un sourire, le poids d’une main tendue.
     C’est retenir un soupir, s’abstenir d”une critique, oublier un reproche Ce ne sont que des petites choses mais qui, répétées chaque jour peuvent changer notre vie et celle de beaucoup d’autres aussi : ceux me nous aimons, que nous côtoyons, que nous croisons, ceux que, jusque-là, nous ne voyons peut-être pas…
     Alors, cette année, j’ouvre une nouvelle page blanche, je prends mon plus beau stylo et j’écris sur ma liste , de bonnes résolutions : «des petits riens».
TRÈS BELLE ANNÉE À TOUS !!
Extrait de la Revue PANORAMA Anne-Dauphine JULLIAND (Journaliste et écrivain)

Nouvel An

Seigneur,
     Tu m'offres cette nouvelle année comme un vitrail à rassembler avec les 365 morceaux de toutes les couleurs qui représentent les jours de ma vie.
     J'y mettrai le rouge de mon amour et de mon enthousiasme, le mauve de mes peines et de mes deuils, le vert de mes espoirs et le rose de mes rêves, le bleu ou le gris de mes engagements ou de mes luttes, le jaune et l'or de mes moissons...
     Je réserverai le blanc pour les jours ordinaires et le noir pour ceux où Tu seras absent.
     Je cimenterai tout par la prière de ma foi et par ma confiance sereine en Toi.
     Seigneur, je Te demande simplement d'illuminer, de l'intérieur ce vitrail de ma vie, par la lumière de Ta présence et par le feu de Ton esprit de vie.
     Ainsi, par transparence, ceux que je rencontrerai cette année, y découvriront peut-être, le visage de Ton Fils bien aimé Jésus Christ, notre Seigneur.
     Amen

Prière du SAPPEL

PÈRE,
     Tu veux rassembler tous tes enfants en un peuple de frères,
     Béni-sois-tu !
     Par ton Esprit Saint, fais-nous rejoindre sans cesse les plus pauvres et contempler avec eux ton infinie miséricorde.
     Par ton Fils, Jésus-Christ, apprends-nous à vivre la fraternité, signe du Royaume qui vient.
AMEN et MERCI
Prière du SAPPEL

Salomé

     Après neuf mois bien compliqués
     Tu as pointé le bout de ton nez,
     Un mercredi dans la soirée.
     Enfin, les tracas envolés !
     Plus que des souvenirs,
     Nous pensions à l'avenir.
     Finis les tourments,
     Tu étais là notre enfant.
     Te serrer dans nos bras, c’est le bonheur !
     Lola, toute Fière, d’être grande sœur.
     La Famille s’est agrandie,
     Nous voilà tous réunis,
     Unis pour affronter la vie.
     Avec ses tracas et ses joies
     Mais toujours auprès de toi.
     Nos cœurs remplis d’amour,
     Ensemble pour toujours.
    Salomé (poème écrit par une maman pour le baptême de sa fille)

Témoins

     Vous les amis de Jésus, vous tous qui portez son nom, allez et mettez-vous au travail !
     Vous croyez en Jésus et il est votre joie : c’est lui qui a tendu la main aux hommes, c’est lui qui a pardonné à ses ennemis, c’est lui qui s’est offert comme une nourriture, c’est lui qui a ouvert ses bras sur la croix, c’est lui qui a vaincu la mort.
     Alors, votre foi et votre joie, qu’elles soient entendues, pareilles à une bondissante musique parcourant la terre et semant des couleurs jusqu’au fond des cœurs en tristesse !
     Vous êtes sûrs de lui, vous êtes appuyés sur sa Parole comme sur un roc inébranlable.
     Alors, votre confiance en lui, qu’elle soit vue pareille à une vive espérance parcourant la terre et semant du soleil jusque dans les cœurs plongés dans la nuit du doute et de la détresse !
     C’est lui le Seigneur Jésus qui vous confie la joyeuse Nouvelle de son amour à porter au monde entier qui attend le bonheur !
     C’est lui qui vous envoie. Alors au travail : vous êtes ses témoins !
Charles SINGER

Pour que le monde soit plus beau

     Pour que le monde soit plus beau, Seigneur, je voudrais allumer des étoiles dans la nuit.
     Une étoile du regard pour un peu de lumière dans le cœur de ceux à qui personne ne fait jamais attention.
     Une étoile d’écoute pour un peu de chaleur dans le cœur de ceux à qui personne ne donne de temps.
     Une étoile de parole pour un peu de joie procurée par quelques mots d’encouragement, de merci, de tendresse.
     Une étoile de service pour un peu de partage avec des mains qui se tendent, qui travaillent, qui s’unissent.
     Une étoile de parfum pour respirer à fond la vie, pour admirer et ressentir les merveilles qui nous entourent.
     Je voudrais, Seigneur, allumer juste quelques petites étoiles pour conduire le monde jusqu’à toi.
Danielle SCIAKY

Texte du Jeudi Saint

     Seigneur, pourquoi m’avez-vous dit d’aimer tous mes frères, les hommes ? J’ai essayé, mais vers vous, je reviens, effrayé …
     Seigneur, j’étais si tranquille chez moi, je m’étais organisé, je m’étais installé. Seul, j’étais d’accord avec moi-même, à l’abri du vent, de la pluie …
     Mais vous m’avez forcé à entrouvrir la porte. Comme une rafale de pluie en pleine face, le cri des hommes m’a réveillé. Alors, j’ai laissé une porte entrouverte, imprudent que j’étais.
     Dehors, les hommes me guettaient. Ils étaient nombreux. Ils m’ont envahi sans crier gare, il a fallu faire de la place chez moi.
     Seigneur, ils me font mal, ils sont envahissants, je ne peux plus rien faire. Plus ils poussent la porte et plus la porte s’ouvre. Ah Seigneur, il n’y a plus de place pour moi chez moi !
     « Ne crains rien » dit Dieu, « Tu as tout gagné. Car, tandis que ces hommes entraient chez toi, moi, ton Père, moi, ton Dieu, je me suis glissé parmi eux. »
de Michel QUOIST

Le bonheur

     C‘est la joie de l’enfant qui reçoit un jouet
     Le doux regard de celle ou celui que tu aimes
     Une musique qui te saisit et te fait frissonner
     Ferme les yeux Ton cœur palpite C‘est le bonheur !
     Un mot gentil, une attention délicate, un sourire
     çà te remue le cœur …. C’est le bonheur !

     Ne le cherche pas dans des rêves impossibles
     Ne le cherche pas dans des projets fabuleux
     La vie est si belle ! La nature est si riche !
     Le bonheur est là dans la simplicité.

     Chacun sur cette terre a le droit de le posséder
     Chacun sur cette terre peut le fabriquer.
     Viens ! Sans dire un mot ! Ouvre les yeux !
     Avec un peu de cœur, avec un peu d’amour,
     Le bonheur est là à ta portée !

Prière de la Toussaint

SAINTS DU QUOTIDIEN

     Seigneur Jésus,
     Quand on parlait des saints autrefois, on admirait et on avait peur.
     Tant de pénitences et de souffrances, tant de faits extraordinaires,
     Quels géants !

     Et puis, un jour, avec la « petite voix » de Thérèse, on s’est dit :
     « Moi aussi, je peux devenir un saint ! »
     Mais on cherchait quand même des choses en marge de la vie.

     Maintenant, on voit mieux que le chantier de la sainteté, c’est la vie quotidienne.
     Avec le travail, la famille, la santé, les problèmes…
     Dans ma vie très modeste, je dois devenir celui qui trouve toujours le moyen d’aimer.
     Aide-moi à mieux accepter ma vie, à mieux la regarder, à la fouiller pour voir comment, là-dedans, il y a de l’Évangile à vivre.

     Je te prie aujourd’hui pour que naissent partout des saints de la vie quotidienne.

"J'appelle" dit Dieu

     On me dit que mes enfants, les hommes, ont des problèmes d'emploi.
     Moi, j‘appelle, dit Dieu.
     J‘embauche tout le temps, je suis sur la place pour embaucher dès 6h00 du matin. J'y suis à 9h00, j‘y suis à 14h00. J‘y suis encore à 5h00 du soir, alors que la journée va s‘achever ; à ce moment, moi, j‘embauche encore.
     Et moi je paie, dit Dieu.
     Je ne paie pas à l'heure, ni au mois, ni aux pièces. Moi je paie à l'éternité...
     Parfaitement : une éternité de bonheur pour celui qui aura travaillé pour moi quelques heures, quelques semaines, quelques mois, quelques années.
     Et j'appelle tous ceux qui veulent. Je ne demande ni BAC, ni BEPC, ni CAP, ni BTS, ni diplôme d'aucune sorte. Je ne demande que de la bonne volonté, la volonté de travailler.
     J'appelle pour tous les métiers.
     J'ai besoin de cantonniers, car il est écrit : "Préparez les routes du Seigneur, rabotez les collines et rectifiez les virages... ". J'ai besoin de cantonniers poux préparer la route de mon retour.
     En créant un monde moins inégal et plus droit, en luttant contre les injustices et les misères, En rendant les routes de la vie moins dures et moins pénibles pour les hommes, mes fils, pour les hommes, vos frères...
     J‘ai besoin d'infirmiers, de bons samaritains, ceux qui soignent les maladies du corps et surtout de l'âme, ceux qui ramassent dans les fossés les blessés de la vie, les abandonnés de la route...
     J‘ai besoin de vignerons et de moissonneurs, car "la moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux". J'appelle tous ceux qui sont prêts à récolter la moisson des bonnes volontés qui ne savent où s‘adresser, la vendange des joies qui ne savent avec qui se partager...
     Surtout, surtout, j’ai besoin de bergers, "car j'ai pitié de ces foules, qui sont comme des troupeaux sans pasteurs". Ceux par les mains de qui je partagerai à tous les affamés le Pain de ma Parole, le Pain de mon Corps et le Vin de mon Sang…
     Venez tous, dit Dieu, j‘appelle ; il y a du travail pour tous, j'emploie tout le monde...
     Et ce soir, après la journée de travail, tous ensemble, avec Moi, vous ferez la fête !
Anonyme

Le chant

     Si le chant n’est pas là pour faire prier, que les chantres se taisent
     Si le chant n'est pas là pour apaiser mon tumulte intérieur, que les chantres s'en aillent!
     Si le chant n'a pas la valeur du silence qu'il a rompu, qu'on me restitue le silence !
     Tout chant qui ne tend pas à promouvoir le silence est vain.
     Oui l’œuvre d’art n’agit que par sa qualité.
     C’est là qu’elle s’inscrit dans l’ordre de la Charité
Joseph Samson

Semer la joie autour de Toi

     Comme la brise légère fouette les vagues,
     Tu es le rocher sur lequel vient dormir le soleil,
     Apaisé après une longue journée de doutes,
     Sur la nature humaine qui souvent divague,
     Tu es puissance de tendresse tu es la route,
     Sur laquelle je chemine avec merveille.
     Tu m’as appris à donner le meilleur de moi-même,
     Tu m’as appris à transcender toutes formes de haines,
     Tu as donné aux confins de mon âme la saveur d’exister,
     La splendeur de contempler même l’homme blessé,
     Pour mieux le comprendre et l’aimer,
     Pour mieux me comprendre et m’aimer.
     Tu as semé les petites joies aux sublimes senteurs,
     Celles qui s’épanouissent et font germer le Bonheur,
     L’Amour, le respect, la générosité, l’écoute, le souci des autres,
     Voilà ce qu’à jamais tu as su me donner…
     Valeurs puisées au coeur des évangiles dont nous sommes Apôtres,
     Que chaque jour nous tentons humblement de pratiquer,
     Et tu demeures toujours Présent pour sans cesse nous aider.
     Dans cette prière des profondeurs qui procure une insondable Joie
     De te savoir à nos côtés pour fortifier notre Foi,
     Oh ! Seigneur tu ne juges jamais nos balbutiements,
     Tu entends pourtant les murmures de nos tourments,
     Mais Ton incommensurable Amour les transforme en diamants,
     Et la Joie apparaît soudainement comme venant du firmament,
     Cette Joie pascale qui nous ouvre aux autres inlassablement,
     Dans de merveilleux éclats d’Amour et d’éternels jaillissements.

  Bruno Leroy, éducateur de rue

Entrer en Carême

     Entrer en Carême, c'est ouvrir sa porte et réapprendre à bouger, à se déplacer, à vivre. C'est refuser de rester figé dans ses positions, ses dogmes ou ses certitudes absolues.
     Entrer en Carême, c'est aussi changer de cap. Mettre le cap sur Dieu en se laissant déranger par les coutumes des autres, leurs idées, leurs habitudes, leurs langues, se laisser surprendre par la musique de l'autre, qui dit un autre rythme, un autre temps, une autre chanson.
     Entrer en Carême, c'est aussi se mettre à l'écoute de la Parole, celle qui, au milieu des bavardages, nous touche au cœur et nous arrache non une larme, un billet de banque ou un chèque, mais un geste de pardon, d'amour ou de paix.
     Entrer en Carême, c'est se mettre à l'écoute de la réussite de Dieu, celle qui accepte la blessure, celle qui ne profite pas de l'échec du faible, celle qui n'exploite pas la naïveté ou la sueur du faible.
     Entrer en Carême, c'est se mettre à l'écoute de l'amour de Dieu. Pas un amour maquignon qui ne tient compte que du tour de taille, de la beauté des yeux ou du regard. Un amour qui vous apprend à lire autrement, à parler, à partager, à se rencontrer autrement.

Vitrail

     Lors de l’Eucharistie, par le geste de paix, nous manifestons notre engagement au service de la communion.
     Invités à composer un unique vitrail, nous accordons nos multiples couleurs les unes aux autres, laissant passer la lumière venue du Père par le Fils.
     Avec l’Esprit, qui nous est envoyé, laissons nous transformer car nous ne devenons vraiment lumineux que traversés par l’éclat de l’Amour divin.
     Sur l’invitation de la Parole, agissons dès aujourd’hui pour laisser passer Dieu à travers nos pensées et nos actes afin de nous accorder à nos frères et, ainsi, embellir le vitrail.

Chaque matin

Voici un très beau diaporama de Gabriel Garcia MARQUEZ, écrivain catholique colombien, prix Nobel de littérature 1982.


A méditer.


chaquematin.pps


Prière du Troisième Âge

     Seigneur, ne permettez pas que je devienne un de ces vieux grognons toujours en train de gémir, de rouspéter, de dénigrer, attristants pour eux—mêmes, insupportables aux autres.
     Gardez-moi le sourire et le rire, même s'ils découvrent une bouche édentée...
     Gardez-moi le sens de l’humour qui remet choses et gens et moi-même à leur place.
     Faites de moi, Seigneur, un vieillard généreux qui sache partager son bien, son temps et les fleurs de son jardin avec ceux qui n 'ont pas de terre.
     N e permettez pas que je devienne un homme du passé, parlant toujours du bon vieux temps où tout allait bien et méprisant le temps des jeunes où tout va mal.
     Faites de moi, Seigneur, un vieillard qui n'oublie pas sa jeunesse, et que rajeunisse la jeunesse des autres.
     Seigneur qui avez fixé les saisons de l'année et celles de la vie, faites que je sois un homme de toutes les saisons..
     Je ne vous demande pas le bonheur mais simplement que mon arrière-saison sait belle et porte témoignage à votre beauté.

Mes mains

Mes mains,   
     Couvertes de cendres, marquées de mon péché et de choses ratées
     Devant toi, Seigneur, je les ouvre, pour qu’elles puissent construire et pour que tu en ôtes la saleté.
Mes mains,
     Crispées sur mes possessions et mes idées toutes faites,
     Devant toi, Seigneur, je les ouvre, pour qu’elles laissent échapper mes trésors.
Mes mains,
     Prêtes à lacérer et à blesser
     Devant toi, Seigneur, je les ouvre pour qu’elles redeviennent capables de caresser.
Mes mains,
     Fermées comme des poings de haine et de violence
     Devant toi, Seigneur, je les ouvre : Tu y dépose ta tendresse.
Mes mains,
     Se séparant de leur péché,
     Devant toi, Seigneur, je les ouvre J’attends ton pardon

Ne reste pas à pleurer

     Ne reste pas à pleurer devant ma tombe
     Je n’y suis pas
     Je n’y dors pas
     Je suis un millier de vents qui soufflent
     Je suis le scintillement du diamant sur la neige
     Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr
     Je suis la douce pluie d’automne
     Dans le silence feutré de la clarté du matin,
     Je suis l’oiseau au vol rapide.
     Ne reste pas à te lamenter devant ma tombe.
     Je n’y suis pas
     Je ne suis pas mort
     Auteur amérindien anonyme

Apprends-moi, Seigneur, à dire merci

     Merci pour le pain, le vent, la terre et l'eau.
     Merci pour la musique et pour le silence.
     Merci pour le miracle de chaque nouveau jour.
     Merci pour les gestes et les mots de tendresse.
     Merci pour les rires et les sourires.
     Merci pour tout ce qui m'aide à vivre malgré les souffrances et les détresses.
     Merci à tous ceux que j'aime et qui m'aiment.
     Et que ces mille mercis se transforment en une immense action de grâces quand je me tourne vers
     Toi, la source de toute grâce et le rocher de ma vie.
     Merci pour ton amour sans limite.
     Merci pour la paix qui vient de Toi.
     Merci pour le pain de l'Eucharistie.
     Merci pour la liberté que Tu nous donnes.
     Avec mes frères je proclame ta louange pour notre vie qui est entre tes mains, pour nos âmes qui Te sont confiées, pour les bienfaits dont Tu nous combles et que nous ne savons pas toujours voir.
     Dieu bon et miséricordieux, que ton nom soit béni à jamais.
Jean-Pierre Dubois-Dumée

Lettre de Jésus

     Cher ami, comment vas-tu ?
     Il fallait que je t’envoie ce mot pour te dire combien je t’aime et je me soucie de toi.
     Je t’ai vu hier quand tu parlais à tes amis. J’ai attendu toute la journée en espérant que tu me parlerais aussi. Quand vint le soir, je te donnai un coucher de soleil pour terminer la journée et une brise fraîche pour te reposer et j’attendis… tu n’es jamais venu… oh ! Oui, ça m’a fait mal, mais je t’aime quand même parce que je suis ton ami.
     La nuit dernière, je t’ai vu t’endormir et j’ai désiré toucher ton front. Alors, j’ai répandu un rayon de lune sur ton oreiller et ton visage… j’attendis encore, voulant venir près de toi pour te parler. J’ai tellement de présents pour toi.
     Tu te réveillas tard et partis précipitamment pour travailler…mes larmes étaient dans la pluie…
     Aujourd’hui, tu as l’air tellement triste, tellement seul, ça me brise le cœur parce que je comprends : mes amis aussi m’ont laissé tomber et m’ont abandonné très souvent. - Mais, J’aime !
     J’essaie de te le dire par le ciel bleu et par la tendre herbe verte. Je le murmure dans les feuilles des arbres et le transcris dans les couleurs des fleurs. Je te le crie dans les ruisseaux des montagnes et je donne aux oiseaux des chansons d’amour à chanter. Je t’habille de la chaleur du soleil et aromatise l’air du parfum de la nature.
     Mon amour pour toi est plus profond que l’océan et plus grand que le plus grand désir ou besoin dans ta tête. Oh ! si seulement tu savais comme je veux te parler et marcher avec toi ! Nous pourrions y consacrer une éternité ensemble au Paradis !
     Je sais que c’est difficile sur cette Terre – je le sais vraiment !
     Je veux que tu rencontres mon Père ; Lui aussi veut t’aider.
     Appelle-moi… demande-moi… parle-moi. Oh ! s’il te plaît, ne m’oublie pas, j’ai tellement de choses à partager avec toi.
     Mais, vois-tu, je ne m’imposerai pas, tu es libre de me garder. C’est ta décision. Je t’ai choisi à cause de cela, j’attendrai… parce que je t’aime
Ton Ami, Jésus

Apprends-nous à attendre

     Dieu, tu as choisi de te faire attendre tout le temps d'un Avent.
     Moi je n'aime pas attendre dans les files d'attente. Je n'aime pas attendre mon tour. Je n'aime pas attendre le train. Je n'aime pas attendre pour juger. Je n'aime pas attendre le moment. Je n'aime pas attendre un autre jour. Je n'aime pas attendre parce que je n'ai pas le temps et que je ne vis que dans l'instant.
     Tu le sais bien d'ailleurs, tout est fait pour m'éviter l'attente : les cartes bleues et les libre services, les ventes à crédit et les distributeurs automatiques, les coups de téléphone et les photos à développement instantané, les télex et les terminaux d'ordinateur, la télévision et les flashes à la radio… Je n'ai pas besoin d'attendre les nouvelles : elles me précèdent.
     Mais Toi, Dieu, tu as choisi de te faire attendre le temps de tout un Avent.
     Parce que tu as fait de l'attente l'espace de la conversion, le face à face avec ce qui est caché, l'usure qui ne s'use pas. L'attente, seulement l'attente, l'attente de l'attente, l'intimité avec l'attente qui est en nous parce que seule l'attente réveille l'attention et que seule l'attention est capable d'aimer.
     Tout est déjà donné dans l'attente, et pour Toi, Dieu, attendre se conjugue Prier.
Jean Debruynne

Pour tous ceux qui te donnent un coeur

     Pour tous ceux qui te donnent un visage, Seigneur Jésus, en répandant ton amour dans le monde, Loué sois-tu!
     Pour tous ceux qui te donnent des mains, Seigneur Jésus, en faisant le bien à l'égard de leurs frères, Loué sois-tu!
     Pour tous ceux qui te donnent une bouche, Seigneur Jésus, en prenant la défense du faible et de l'opprimé, Loué sois-tu!
     Pour tous ceux qui te donnent des yeux, Seigneur Jésus, en admirant chaque parcelle d'amour dans le cœur de la personne, Loué sois-tu!
     Pour tous ceux qui te donnent un cœur, Seigneur Jésus, en préférant les pauvres aux riches, les faibles aux puissants, Loué sois-tu!
     Pour tous ceux qui donnent à ta pauvreté, Seigneur Jésus, le visage de l'espérance du Royaume, Loué sois-tu!
     Pour tous ceux qui te révèlent simplement par ce qu'ils sont, Seigneur Jésus, parce qu'ils reflètent ta beauté dans leur vie, Loué sois-tu!
Auteur inconnu

Vis le jour d'aujourd'hui

     Vis le jour d’aujourd’hui. Dieu te le donne, il est à toi. Vis-le en Lui.
     Le jour de demain est à Dieu. Il ne t’appartient pas.
     Ne porte pas sur demain le souci d’aujourd’hui. Demain est à Dieu : remets-le Lui
     Le moment présent est une frêle passerelle : Si tu le charge de regrets d’hier, de l’inquiétude de demain, la passerelle cède et tu perds pied.
     Le passé ? Dieu le pardonne.
     L’avenir ? Dieu le donne.
     Vis le jour d’aujourd’hui en communion avec Lui, et s’il y a lieu de t’inquiéter pour un être bien-aimé regarde-le dans la lumière du Christ Ressuscité.

Prière de Merci

     Merci, Seigneur, pour les petites joies ; les grandes sont trop chères !
     Merci pour le soleil qui frappe à ma fenêtre, pour un sourire reçu, pour un mot d’espérance ou pour un seul moment de bien-être et de paix !
     Je n’ai pas mérité mes peines, mais n’ai pas mérité ces joies.
     Merci pour ces petits présents qui m’aident à supporter les heures difficiles.
     Si j’en faisais la somme, peut-être trouverais-je une façon nouvelle de comprendre ma vie.
     Merci pour ces petites joies qui me font entrevoir l’autre face des choses.
     Dans la souffrance, il y a l’amour, dans le combat, il y a de la vie, dans les ténèbres se découvre la foi.
     Rien n’est jamais tout noir dans ce monde endurci.
     Par ces petites joies, je puis me préparer à cette joie parfaite pour laquelle tu m’as fait, et croire en ton royaume.
     En attendant ce jour,ouvre mes yeux sur tout ce qui est bon, sur tout ce qui est beau, même si c’est fugace.
     Qu’à force de sourire aux bonheurs passagers, je devienne à mon tour une « petite joie » pour ceux qui n’y croient plus.